Alexandro Jodorowsky classe les Arcanes majeurs en deux lignes de 10 cartes encadrées au début par Le Mat (« qui semble venir à la rencontre de cette double rangée ») et à la fin par Le Monde (« qui semble la regarder en dansant »). Il propose alors de bien observer chacune des cartes et de noter ses ressentis, les jeux de regard des personnages, leurs attitudes, les petits détails… pour déceler des différences et des ressemblances !

 

Parmi les grandes tendances qu’il relève figurent :

– « Les Arcanes de la série I à X réalisent leur action vers le haut » ; « les Arcanes de la série XI à XX réalisent leur action vers le bas ».

– Les numéros, notés en chiffres romains, diffèrent de la nomenclature classique. Ainsi, le 4 sera noté IIII au lieu de IV. « La notation numérique est donc organisée de manière uniquement progressive », ce qui sous-entendrait que le Tarot « décrit un processus d’avancée et de croissance ».

– Le nom des cartes, écrit un français, en caractères latins, confirmerait que « le Tarot se lit dans le sens de l’écriture, de la gauche vers la droite ».

– Le Monde, valeur maximale des Arcanes majeurs, symbolise l’aboutissement et la réalisation. Elle est « un miroir où toute la structure du Tarot se reflète en résumé », « comme une clé de son organisation spatiale et symbolique ».

Article précédent
Article suivant